Certains manifestants avaient mis leurs tenues de travail.

Entre 600 et 700 soignants se sont rassemblés devant le Centre Hospitalier de Cornouaille à Quimper. Les manifestants répondaient à l’appel lancé par l’intersyndicale regroupant la CGT, la CFDT et Sud. Les soignants de Quimper s’opposent à la suppression programmée de deux jours de RTT (réduction du temps de travail), qui passeront de 17 à 15 chaque année.

« Variable d’ajustement »

« Cette suppression servira de variable d’ajustement pour la direction de l’hôpital », regrette Karine Goanec, secrétaire générale de la CGT pour l’hôpital. « En plus, nous n’aurons plus la possibilité de placer les jours au moment que l’on veut. Ce sont les cadres qui s’en chargeront », précise Bénédicte Desmares, de la CFDT.

Dans le cortège, plusieurs professionnels de santé craignent de ne plus pouvoir prendre de longues périodes de vacances, et de ne plus être assurés de pouvoir partir en période estivale. « La direction veut étendre la période estivale du 1er juin au 30 septembre », critique Stéphane, qui craint d’avoir du mal à partir en vacances avec sa famille.

Certains manifestants avaient mis leurs tenues de travail.

Discussions difficiles

Du personnel encadrant que beaucoup considèrent comme inaccessible. « Notre cadre supérieure n’est jamais venue nous rencontrer », affirme une infirmière. « Le numéro trois de l’hôpital a décalé quatre fois l’entretien que j’avais convenu avec lui, témoigne Gwen, pour qui, cet exemple montre « la détermination qu’il faut pour pouvoir échanger avec la direction. »

La suppression de certains RTT ne touchera que le personnel aide-soignant et les infirmiers. « Évidemment, les cadres, le personnel de la direction et les médecins ne sont pas concernés », critique vigoureusement une infirmière du cortège. Une discrimination ressentie aussi par Christian, aide-soignant à l’hôpital, qui se sent « impuissant face à la force des décisions de personnes cachées dans leur bureau. »

Reçus par la députée

Cette suppression de jours de repos est un coup dur supplémentaire pour les soignants. Le dernier budget de la Sécurité sociale est en hausse de 2,3 % par rapport à l’an dernier. Une augmentation insuffisante selon les manifestants qui souhaiteraient atteindre les 5 % de progression. La députée Annaïg Le Meur a voté en faveur du budget critiqué. « Elle a sa part de responsabilité dans la dégradation de l’hôpital », n’hésite pas à affirmer Karine Goanec. L’élue a reçu, dans l’après-midi, une délégation intersyndicale. Cette dernière s’est dite déçue de la position de la députée, à l’issue de la rencontre.

Hasard du calendrier, la manifestation de ce jeudi tombait le même jour que la mobilisation nationale pour l’amélioration de l’hôpital en France. Antoine, brancardier à l’hôpital, se réjouit de cette grande journée de mobilisation : « Le Gouvernement ne pourra pas rester éternellement sans réponse. »

Tanguy THOMERY

Source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/quimper-les-soignants-marchent-pour-leurs-repos-6608841

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code