Jessica Morvan, factrice à Briec et Alain Le Corre, conseiller bancaire à Quimper

Petits salaires, réorganisation de la distribution du courrier, course après le temps… Des employés de La Poste qui manifestaient ce mardi 10 décembre 2019 à Quimper témoignent de leurs conditions de travail.

Témoignage

Ils forment un petit groupe, parmi la foule des quelque 2 000 manifestants, ce mardi 10 décembre 2019 à Quimper (Finistère). Les salariés de La Poste sont là, contre la réforme des retraites mais aussi pour une lutte plus locale : celle de la réorganisation de la distribution

du courrier. Un changement qui passe mal.

La « tournée sacoche », comme elle est nommée. Cette réorganisation scinde le travail de l’ancien facteur en deux : une partie des équipes s’occupe du tri et une autre distribue. Jessica Morvan, factrice à Briec et représentante de la CGT, hausse les sourcils. « Ils ont mis ça en place il y a un mois à Quimper et… c’est le bazar ! »

« On s’est battus »

En effet, depuis la fin du mois d’octobre, les boîtes aux lettres de certains Quimpérois sont restées vides durant des jours. Des journaux étaient livrés trois ou quatre jours après parution. Des colis et des paiements n’arrivaient jamais à destination. Conséquence de « la nouvelle organisation mise en place à Quimper », indiquait la direction, qui précise que les difficultés techniques au démarrage « ont été résolues depuis, avec un retour à la normale en début de cette semaine ».

« À Briec, on s’est battus ! raconte Jessica Morvan. On a réussi à obtenir un délai pour la tournée sacoche, nous en sommes épargnés jusqu’au 31 décembre. » La nouvelle organisation prévoit également la suppression du centre de tri de Briec. Là encore, un délai a été accordé. « Nous n’avons aucune nouvelle… »

« On laisse en moyenne une heure de tournée »

C’est une goutte d’eau qui fait déborder le vase. Car les conditions de travail des facteurs ont changé. « On passe notre temps à courir, témoigne la factrice. On parle de la baisse du courrier postal mais on ne parle pas de la hausse des colis et des services à la personne. » En cette période de Noël, justement, la quantité de colis a triplé. Sans renfort supplémentaire. Et sans parler de la pub à distribuer en quantité pour les fêtes de fin d’année.

À Briec, en moyenne, les facteurs font environ 100 km par jour, dans la campagne. Mais en ce moment, « on laisse en moyenne une heure de tournée… On essaye que ce ne soit pas toujours le même secteur. C’est frustrant, on a le sentiment de mal faire notre travail ». Quant aux salaires, « la moyenne chez nous est de 1 200 € par mois ».

Sollicitée, la direction de La Poste explique que, pour Briec, « à l’issue des échanges avec les facteurs et leurs représentants, il a été décidé de relocaliser les équipes sur la plate-forme de distribution du courrier de Quimper [avec] un lieu de restauration sur la zone de distribution situé à Edern ».

À Quimper, la nouvelle organisation a été mise en place « sans aucun licenciement sous un régime de travail hebdomadaire de trente-cinq heures ». Elle rappelle que chaque plateforme de distribution du courrier doit « s’ajuster régulièrement pour répondre aux nouvelles exigences des clients, préserver l’emploi de tous les postiers et garantir l’activité » et assurer « la distribution quotidienne du courrier, 6 jours sur 7, en tout point du territoire ».

Mais, à l’image de la grève, lancée jeudi dernier dans toute la France, la mobilisation à La Poste pourrait bien se poursuivre.

Flora CHAUVEAU

source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/greve-du-10-decembre-quimper-la-poste-le-sentiment-de-mal-faire-notre-travail-6647880?connection=true

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code