Article de Karin CHERLONEIX publié le 22/08/19-14h44 par OF.fr

Devant le tribunal administratif, manifestation de soutien au maire de Langouët, Daniel Cueff, convoqué pour avoir interdit l’usage des pesticides près des habitations de sa commune

Pendant deux heures, plus de 500 personnes se sont rassemblées à Rennes pour soutenir le maire de Langouët, convoqué au tribunal suite à son arrêté luttant contre les pesticides. Parmi les soutiens, des cheveux blancs et des gamins, des costumes et des shorts, criant d’une seule voix.

Dès 8 h 30, les premières associations étaient en train d’accrocher leurs banderoles devant le tribunal administratif de Rennes. Le maire de Langouët, Daniel Cueff était convoqué par l’État pour sonarrêté interdisant l’usage des pesticides à proximité des habitations, jugé illégal à 9 h 30 ce jeudi 22 août.

Militants de nombreux mouvements environnementaux et élus avaient promis de venir à Rennes le soutenir. Ils ont tenu parole. Les 300 soutiens annoncés ont été largement dépassés. Environ 700 selon la police, 1 000 pour les organisateurs.

Les soutiens se relaient au micro dans la rue devant le tribunal.

Trois générations dans la rue

Pas facile de compter la foule compacte réunie dans la rue. Il y avait pas mal d’enfants, même en poussette, des familles qui n’avaient pas hésité à se lever pour l’occasion. « Je suis avec ma mère et mes deux filles, on habite à côté du Mont-Saint-Michel, en milieu des champs », se présente Muriel, 36 ans.

« C’est vrai qu’à mon époque, personne ne se posait de question, on ne savait pas ou on n’osait pas se plaindre, mais c’est fini le silence, il faut crier, se montrer », n’hésite pas Marie-Anne, sa maman avec sa pancarte en carton. Les petites ne comprennent pas bien cette agitation mais sont ravies de cette fête bizarre où tout le monde sourit.

« C’est la bonne ambiance », apprécie Pierre, 26 ans. Le Rennais s’investit dans différentes associations et apprécie de voir plein de nouvelles têtes. « Manque les jeunes qui étaient à la marche du climat, mais c’est trop tôt pour eux 9 h en août », rigole l’étudiant.

Au micro, ça défile sous les cris

Pendant près deux heures d’audience, alors que le maire de Langouët défend son arrêté devant le président du tribunal, les participants prennent le micro. La règle est simple. La parole à qui veut mais pas plus de 3 minutes. Chacun joue le jeu. Les militants se relaient sous les applaudissements et les cris d’encouragement.

Quand Thierry Burlot, vice-président du Conseil régional de Bretagne, lance ses premiers mots, c’est le silence mais les sifflets fusent vite. « Paroles, paroles, on ne vous croit plus », s’exclament les uns et les autres. « Je vais témoigner de votre colère », poursuit l’élu. Hué gentiment, il passe le micro à Catherine Saint James, conseillère régionale. « On n’est pas vos ennemis, on est réellement de votre côté et on se bat en interne avec nos collègues pour faire avancer les dossiers », insiste la jeune femme.

« Bravo ! », lâche un homme dans le public. « Cette dame n’est pas le conseil régional à elle toute seule. Elle a raison de nous rappeler qu’à l’intérieur des instances, il y a des gens qui poussent pour la bonne cause », souligne Emmanuel, 60 ans. Le Rennais ne s’était pas jusque-là pas investi directement dans la cause environnementale mais cette matinée le stimule. « Si on ne bouge pas tous, ça va être trop tard donc oui, aujourd’hui, il faut foncer. »

Un habitant de Langouët trouve les mots fédérateurs en montant en la tribune improvisée. « Écoutons-nous, surtout ne nous divisons pas, j’en connais certains qui seraient trop contents ! »

Karin CHERLONEIX.

source: https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/pesticides-au-pied-du-tribunal-de-rennes-les-soutiens-langouet-disent-merci-6488255

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code