Selon ce sondage Odoxa, les Français, comme les personnels hospitaliers n’ont pas été convaincus par le plan Buzyn.

Service des urgences en grève à l’hôpital Emile Muller de Mulhouse, le19 août 2019.

Près de neuf Français sur dix soutiennent la grève des urgences, selon un sondage Odoxa pour franceinfo et Le Figaro. “C’est le but recherché par notre mouvement”, réagit Christophe Prudhomme, le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, dimanche 29 septembre. Selon ce même sondage Odoxa, les Français, comme les personnels hospitaliers n’ont pas été convaincus par le plan Buzyn. “Nous ne voulons pas du plan de Mme Buzyn, nous ne voulons pas des 750 millions d’euros, parce qu’ils sont pris ailleurs, à nos collègues, dans d’autres services”, résume-t-il.

franceinfo : Près neuf Français sur dix estiment que les personnels des urgences font bien leur travail. C’est une première consolation, pour vous, après plusieurs mois de grève ?

Christophe Prudhomme : C’est le but recherché par notre mouvement. De plans d’économies en plans d’économies, nous sommes en permanence sur la corde raide. Quand des personnes attendent des lits sur des brancards et que la seule réponse de la ministre c’est de nous fournir des gestionnaires de lits, ça ne fonctionne pas. Un gestionnaire de lits ça ne trouve pas les lits qui n’existent pas. Ce qu’on demande, ce n’est pas le plan d’Agnès Buzyn, ce qu’on demande c’est qu’on desserre les cordons de la bourse et après on discutera des moyens à mettre en œuvre hôpital par hôpital.

Malgré ce soutien des Français, la situation de saturation conduit-elle à des rapports compliqués parfois avec les patients ?

Oui, les rapports sont tendus. On a une augmentation des actes de violence aux urgences pour différentes raisons. Une bonne partie les agressions sont liées à des patients psychiatriques qui aujourd’hui ne sont pas bien pris en charge. Pour être un peu caricatural, une bonne partie des patients – du fait de la dégradation du système de prise en charge en psychiatrie – sont dans la rue ou en prison. Quand ils sont dans la rue, ils viennent aux urgences et on n’a pas de moyens suffisants pour les prendre en charge. Souvent, on les renvoie dehors parce qu’il n’y a pas de lits d’hospitalisation. À un moment donné, il faudra bien que la ministre écoute les professionnels de terrain et pas quelques experts qu’elle réunit en ce moment dans des groupes de travail où il n’y a aucun représentant des personnels. Ce n’est pas sérieux.

Qu’est-ce que vous réclamez ?

Nous, ce qu’on demande c’est un vrai dialogue social et qu’on prenne en compte la réalité du terrain des aides-soignants, des infirmiers et des médecins. On ne veut plus de plan d’économies, on ne veut plus de fermetures de lits, on veut des augmentations de salaire parce qu’aujourd’hui les infirmières sont parmi les plus mal payées de toute l’Europe. On demande une augmentation du budget des hôpitaux de 5% cette année pour nous permette de souffler. Ce n’est pas anodin, vous avez un mouvement qui perdure depuis plusieurs mois et qui s’étend. Aujourd’hui ce sont des services de psychiatrie, des blocs opératoires, qui se mettent en grève. Ce sont des médecins qui ont publié une tribune dans Le Journal du Dimanche. Ce sont des syndicats de directeurs qui tirent la sonnette d’alarme. Il n’y a pas que les gauchistes de syndicalistes qui hurlent, c’est l’ensemble du monde hospitalier qui dit “Ça suffit !”

Quand vous parlez d’une augmentation de la dotation globale, c’est à la fois pour rénover les services d’urgence, pour moderniser les hôpitaux, et à la fois pour mieux rémunérer les personnels ?

Les moyens qui ont été donnés aux urgences, les quelques postes qui ont été créés, ce sont des moyens qui sont retirés à la gériatrie dans mon hôpital. Aujourd’hui, mon hôpital ferme des lits de gériatrie alors que ce sont les lits dont nous avons besoin pour hospitaliser nos patients. Donc c’est le serpent qui se mord la queue. Nous ne voulons pas du plan de Mme Buzyn, nous ne voulons pas des 750 millions d’euros, parce qu’ils sont pris, ailleurs, à nos collègues dans d’autres services. On est dans le cadre d’un budget qui n’augmente pas. C’est ça le problème. À chaque crise, on va donner un petit peu par-ci un petit peu par-là et on retire ailleurs. Il va bien falloir, à un moment donné, qu’on mette tout à plat. Si on veut rénover les choses, tout sociologue des organisations vous dira qu’on ne peut pas le faire sous la contrainte financière.

Ne faut-il pas aussi sensibiliser le public pour régler cette crise, puisque trop de gens viennent aux urgences alors qu’ils n’en ont pas réellement besoin ?

Non. Les gens viennent aux urgences parce qu’ailleurs il n’y a rien. Parce qu’il n’y a pas de médecin en ville. Le nombre de médecins généralistes a diminué de 10 000 ces quinze dernières années et on va encore perdre 6 000 médecins généralistes d’ici 2025. Donc il faut arrêter de dire que les gens viennent pour rien aux urgences. Heureusement qu’il y a encore un service public qui est ouvert 24 heures sur 24 où il fait chaud, où il y a de la lumière, qui s’appelle les urgences. Personne ne vient par plaisir aux urgences. Bien sûr, des abus, il y en a toujours. Mais c’est voir les choses par le petit bout de la lorgnette. C’est très minoritaire.

source: https://www.francetvinfo.fr/economie/greve/greve-aux-urgences/89-des-francais-soutiennent-la-greve-des-urgences-selon-un-sondage-c-est-le-but-recherche-par-notre-mouvement-reagit-christophe-prudhomme_3637199.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code